Honneur à Jean Pauly

Car c'est ainsi que se nomme la médiathèque intercommunale de Gironde-sur-Dropt. Précurseur en son temps, l'ancien maire de la commune avait créé une première médiathèque.

C'est devant son épouse et sa fille que le nom a été dévoilé, déclenchant l'émotion des siens certes, mais aussi de l'assemblée.

Pas moins de huit discours ce matin pour parler de l'importance d'une telle structure. Thierry Bos, maire de Gironde-sur-Dropt a ouvert les festivités par cette première phrase : "Aujourd'hui, je suis un maire heureux". 

 

Monsieur le maire de Gironde-sur-Dropt, Thierry Bos

 

"J'accueille dans la commune une médiathèque intercommunale, un équipement culturel, de proximité et de qualité. 

Oui, nous sommes au cœur même des bienfaits de l'intercommunalité, avec cet exemple de structuration d'initiatives locales et de revitalisation de l'espace rural.

Ici et maintenant, personne ne peut s'empêcher d'avoir une pensée pour un de mes prédécesseurs, Jean Pauly, qui un jour à ouvert la première médiathèque à quelques mètres d'ici. 

Depuis, l'intercommunalité a permis de maintenir et de développer cet outil technologique éducatif et convivial, accessible à tous par sa gratuité et par la diversité des collections mises à disposition du public.

Le conseil municipal très sensible à cette opportunité, a décidé d'embellir ce quartier, de l'église à la gare, de le rendre attractif pour qu'il devienne très prochainement le cœur du village.

 

Je tiens à remercier vivement tous les partenaires, représentant l'Etat, élus de mandats nationaux et intercommunaux, qui ont cru à ce projet et lui ont attribué ou voté les moyens nécessaires à sa réalisation.

Je remercie également et tout particulièrement pour leur investissement, dans le suivi du chantier :

Patrick Monto, vice-président de la commission voirie et bâtiments de la communauté de communes,

Jacky Briton, également membre de cette commission et Bernard Torrente, adjoint aux bâtiments sur la commune de Gironde.

Je félicite le personnel de la médiathèque pour sa compétence et surtout pour l'accueil chaleureux réservé au public. 

Aujourd'hui, le nombre des adhérents dépasse les trois cents, ce qui représente un résultat excellent depuis l'ouverture.

Avec la Maison des Médias municipale qui est un espace de formation informatique et la Médiathèque intercommunale, Gironde sur Dropt peut se féliciter d'être une commune branchée.

Bienvenue à vous tous, sur cette terre pleine de promesses."

Monsieur le Président de la Communauté des Communes du Réolais en Sud Gironde Francis Zaghet

 

Le président a rappelé que la communauté des communes avait à sa charge seulement 25% du coût total du projet, les 75% restant ayant été subventionnés.

Il a également remercié les aides techniques apportées notamment par la DRAC et la Bibliothèque Départementale de Prêt.

Fatiha Habaiel, responsable du réseau de Lecture Publique, Lisa Ferrer, responsable de la Médiathèque  ainsi que leurs collaboratrices, Céline, Aliette, Patricia et Justine ont été remerciées, ainsi que les bénévoles qui s'impliquent dans toutes les petites bibliothèques.

Mr Zaghet a dit sa satisfaction à voir les inscriptions aller bon train depuis début avril, notant l'adhésion de plusieurs personnes résidant hors de la communauté des communes. La médiathèque intercommunale enregistre déjà plus de prêt d'ouvrages.

Il a conclu son discours en rappelant la légitimité d'un tel nom. Jean Pauly n'était pas que le créateur d'une bibliothèque municipale. Cet ancien conseiller général du canton de La Réole est à l'origine du SIPHEM, de la Maison de l'Habitat et de la bretelle d'autoroute de La Réole.

 

"Donner son nom à la Médiathèque était le moins que nous puissions faire. C'est un hommage mérité Madame Pauly"

 

La fille de Jean Pauly, Mme Fournié a pris la parole, de façon brève et très touchante.

 

"Je voudrais au nom de maman, de mes frères qui s'excusent de ne pas être présents, de nos enfants et de nos petits-enfants, vous remercier d'avoir pensé à papa pour le nom de la médiathèque. Je suis persuadée qu'il aurait été très touché par cette attention.

Quant à nous, votre reconnaissance nous touche droit au coeur. Merci beaucoup".

 

Guy Pauly, son fils, n'a pu être présent mais n'a pas manqué d'envoyer un message.

 

"Je n'ai pu me dégager pour assister à l'inauguration de la Médiathèque, je vous prie de bien vouloir m'en excuser. Je suis heureux et flatté que vous ayez pensé à mon père pour le nom de l'ensemble. Je suis sûr qu'il en aurait été très fier.

Merci à tous"

Monsieur le Vice-Président du Conseil Départemental et Vice-Président de la Communauté des communes   Bernard Castagnet

 

L'initiateur du projet a fait part de son émotion et de sa fierté à voir la concrétisation de ce travail.

 

"C'est le fruit d'une longue gestation collective, faite de collaboration étroite, avec les acteurs de la communauté de communes et tous les partenaires co-financeurs, l'Etat, par l'intermédiaire de la Drac et ses services du livre et de la culture, Monsieur le sous-préfet, le Département de la Gironde qui a été très présent depuis le début de l'aventure et la région Aquitaine."

 

"Superflu, diront certains, inutile, diront d'autres, sans objet en période de crise, diront les troisièmes. Je me souviens de ces pontifes évoqués lors de débats portant sur la création du service du Réseau de Lecture Publique.

Oui, il a fallu convaincre, militer pour faire progresser l'adhésion à ce défit collectif, culturel et éducatif.

Je me souviens surtout de cette soirée de délibération du 15 novembre 2012, qui s'est concrétisée par un vote massif. 41 voix en faveur de notre projet, sur 47 votants.

 

Bernard Castagnet est revenu sur le plaidoyer passionné de Fatiha, qui, a t-il dit "restera un de mes plus beaux souvenirs de mes combats politiques".

Si la culture coûte cher, l'absence de culture coûte infiniment plus chère. Les différences sont respectées quand elles sont comprises.

Que serait un territoire où le livre serait restreint et où l'on encouragerait pas la lecture. Une voie pour la désertification culturelle et l’appauvrissement des esprits."

 

Le Vice-Président a conclu son discours en prônant l'accessibilité à la culture, une valeur que défend la CDC du Réolais en Sud Gironde.

Madame la Vice-Présidente du Conseil Régional Catherine Veyssy

 

Si Catherine Veyssy est très attachée au protocole, elle a tenu à le bousculer aujourd'hui, désirant saluer avant tout Mme Pauly et lui faire part de sa rencontre professionnelle avec Jean Pauly.

La Vice-Présidente, en charge de la formation, de l'apprentissage et de l'emploi a représenté la Région dans le domaine de l'aménagement du territoire.

 

 

"Ce projet est devenu une belle réalisation, d'autres projets sont à venir. Il fait parti de ce contrat de pays.

Nous devons travailler sur l'attractivité du territoire pour le développement économique. L'un ne va pas sans l'autre.

Ensemble, on a fait en sorte de créer un service public de qualité."

 

Catherine Veyssy a été touchée par les mots des précédents orateurs tels que le territoire, le partage, l'envie de mutualisation... assurant que, contrairement à ce que peuvent diffuser les médias, ce n'est pas ruiner l'administré mais au contraire, participer au développement du territoire.

Pour terminer, elle assure qu'en tant que Maire elle est envieuse de cette belle Médiathèque et lui souhaite une belle vie !

Monsieur le Président du Conseil Départemental Jean-Luc Gleyze

 

Après les salutations protocolaires d'usages, le Président du Conseil Départemental a signifié sa joie a être présent mais aussi sa satisfaction devant la pertinence du nom de la Médiathèque, saluant l'homme qu'était Jean Pauly, humaniste et engagé.

 

"On aurait pu l'appeler BEAUBOURG SUR DROPT. Elle est moderne et n'a rien à envier à d'autres.

La culture, nous y sommes très attachés au Département. C'est l'ouverture à l'autre, l'ouverture au monde. C'est la capacité à comprendre ce qui nous entoure, à l'analyser, pour en faire comme disait Montaigne, son libre-arbitre..."

 

"Etre autonome dans sa pensée, c'est aussi ça être citoyen de France et même du monde.

L'égalité des chances passe par l'école publique et laïque mais elle passe aussi par ce genre d'équipement qui permet à tout un chacun, pour un moindre coût, d'avoir accès à du livre, du numérique, des DVD et des jeux vidéos, qui font aussi partis de la culture de la jeune génération. Nous devons nous ouvrir à ses différents moyens et la médiathèque en est l'exemple.

 

Jean-Luc Gleyze a tenu à féliciter les élus, qui pour mener à bien ce projet se sont battus durant une dizaine d'années.

Il a également félicité Fatiha pour sa prestation lors de la visite des lieux, qui a su avec toute sa passion, démontrer l'intérêt d'un tel univers culturel. 

Le Président du Conseil Départemental a aussi mis l'accent sur l'aspect social intergénérationnel de cet espace, un lieu de partage, d'échange.

 

"Cette volonté d'être auprès des communes est essentielle. C'est de cette manière qu'on peut faire exister des projets de cette ambition, de cette envergure, dans un territoire, sur une commune comme Gironde-sur-Dropt."

Madame la députée, Martine Faure

 

"Je suis heureuse d'être là et démontrer que les élus ne servent pas qu'à couper des rubans"

 

La députée a par la suite expliqué les années de travail passées sur ce projet. Les différents collaborateurs qui ont cherché comment créer ce réseau de lecture, comment décider de la tête de ce réseau. 

 

"Monsieur le Maire, Gironde-sur-Dropt est pour le moment la tête de réseau et La Réole sera par la suite une belle complémentarité.

 

Ce lieu d'accueil a été conçu pour les enfants mais aussi pour la famille et vous y avez apporté le numérique.

Vous avez fait le meilleur pour donner l'envie d'y venir.

 

Il faut vraiment prendre conscience, que sur les territoires on a envie de travailler ensemble, avec des sensibilités, des positions et des idées différentes mais nous sommes tous là au service du citoyen.

 

Son bref discours n'en était pas moins intense et explicite...

Madame la Vice-Présidente du Sénat Françoise Cartron

 

Entendre Thierry Bos, maire de Gironde-sur-Dropt dire "je suis un maire heureux", a rendu Françoise Cartron heureuse, évoquant un tout autre climat dans la capitale.

 

Sur cette pointe d'humour, elle a enchaîné sur ce qui est essentiel dans la société a t-elle dit : la culture et l'éducation.

 

"Hier soir, je participais à un festival à St Emilion dont le thème était la culture. Jack Lang était présent et nous lui avons demandé de nous dire quelle était sa plus grande fierté.

Alors qu'on aurait pu s'attendre à ce qu'il nomme, la pyramide, le Louvre, la grande Bibliothèque... il a dit -D'abord, j'ai eu la chance d'être avec un Président de la République et une équipe qui ont mis la culture et l'éducation comme priorité dans leurs actions. Mais le projet dont je suis le plus faire c'est d'avoir lancé les premières bibliothèques.

 

La Vice-Présidente du Sénat a elle aussi salué l'acharnement des élus à défendre ce projet pour le mener à son terme, disant l'importance de la pugnacité face aux incessants combats qu'il faut affronter.

 

"Certes il y a la richesse des collections, les livres, les DVD,... mais il y a surtout la richesse de ceux qui sont dans cette Médiathèque."

 

Monsieur le sous-préfet Frédéric Carre

 

"Nous sommes ici sur un travail de mémoire. D'abord la passation, la continuité entre les élus. Il était donc normal de rendre hommage à Mr Jean Pauly, un des fondateurs du réseau de ce territoire.

 

Le principal enjeu de demain, c'est la lutte contre l'ignorance et la France fait partie avec les Etats-Unis de ces rares nations à avoir une culture universelle.

 

Il se met en place le schéma de l'amélioration de l'accessibilité des services au public, pour permettre à tous les territoires ruraux d'avoir les mêmes chances, les mêmes capacités, la même offre en terme de service que les milieux urbains.

 

Quand une nation se met à brûler ses livres, elle brûle ses vaisseaux. Et si elle brûle ses vaisseaux, ils coulent...

 

Frédéric Carre a expliqué qu'un des intérêts de la Médiathèque était d'attirer la clientèle, lui donner l'envie d'accéder à la culture, sans vouloir inculquer mais au contraire servir, à la mesure de chacun.